Concernant le bronze

 

cirque03.jpgLe cirque Zampano, 2003, oeuvre unique

Un bronze est le résultat de la collaboration entre un artiste sculpteur et un artisan fondeur. Le premier conçoit l’oeuvre dans un matériau quelconque, plâtre, glaise, cire, bois etc. Et le second transforme celle-ci en sculpture pérenne en coulant du bronze en fusion dans un moule qu’il aura fait de l’oeuvre de l’artiste.

Il fera généralement deux moules avant d’arriver au produit final. Une première empreinte est prise de la pièce originale dans un moule en silicone. Dans ce moule on coule une mince couche de cire. Cette cire sera ensuite moulée dans un matériau qui pourra supporter la chaleur et le poids du bronze en fusion; autrefois et encore en Afrique, on utilisait de la glaise mêlée de poudre de charbon, aujourd’hui on utilise des matériaux synthétiques hautement performants. On cuit ce moule la tête en bas et la cire s’écoule du moule, de là l’expression “procédé de la cire perdue”. A la place de la cire on coule alors du bronze en fusion. Ce bronze est ensuite dégrossi, poli et patiné par l’application d’acide à chaud. Lorsque la pièce est grosse, le fondeur la coulera en morceaux qu’il soudera ensemble par la suite.

Il s’agit d’un procédé coûteux et d’une grande technicité.Un bronze est donc inévitablement une reproduction de l’oeuvre originale. On pourra en tirer un seul exemplaire ou plusieurs, voire des milliers. Evidemment, si on en tire un très grand nombre, on s’éloigne de la valeur d’une pièce unique et le prix ne peut que s’en ressentir. De plus, au delà d’un certain nombre, il ne s’agit plus d’une oeuvre d’art, mais d’une oeuvre dite “décorative”. C’est le même problème auquel se confrontent les auteurs de gravures qui doivent contrôler le nombre de tirage. Ainsi, une tradition s’est imposée auprès des sculpteurs voulant qu’on en tire huit exemplaires numérotés en chiffre arabes de 1/8 à 8/8, suivis de quatre exemplaires numérotés I à IV en chiffre romains. Autrefois, c’était les quatre premiers essais avant d’arriver au moulage parfait numéro 1, mais aujourd’hui vu l’extraordinaire précision de la technique, on les a mis à la fin. L’apparition du numéro IV, c’est à dire le douzième tirage, signale qu’on devra détruire le moule afin de garantir aux acheteurs la rareté de l’oeuvre et de conserver la valeur de leur achat.

On considère que ces tirages sont des oeuvres uniques dans la mesure où ils ont tous été réalisés sous la supervision directe de l’artiste. Des tirages qui seraient réalisés par d’autres ou souvent par les ayants droits de l’artistes ne sont pas considérés comme des oeuvres originales et doivent être identifiés comme tel.

JE M’ENGAGE À RESPECTER CES RÈGLES.

Le prix des oeuvres CI-BAS se trouve dans la page « POUR ACHETER UNE SCULPTURE »
baiser0410.jpgLe baiser de l’homme oiseau, no 4/8.

cavalierbr03.jpgSounjata (roi mandingue), no 1/8. 

envoutementbronze03.jpg

Envoutement, no 3/8

hercules04.jpgHercules et l’escargot géant, no 1/8.

lalune03.jpgLa conquète de la lune, no 2/8 lalune01.jpg de dos  lereve003.jpgLe rêve

sirene06.jpgLa petite sirène, no 2/8

prelude02.jpgPrélude, no 5/8 prelude01b.jpg          forteemail2.jpgFemme forte, no 1/8

petiteemail1.jpgPetite danseuse, no 2/8

africaine08.jpgDanseuse africaine, no 2/8 africaine07.jpgde dos danseuseacrobate03email.jpgDanseuse acrobate, no 2/8

rhynoemail2.jpgRhinocéros,pièce unique, vendu.

equus0205.jpgEquus, no 2/8 equus02.jpgDétail 

Le baiser de l'homme oiseau à la femme chevalLe baiser de l’homme oiseau à la femme cheval, no 1/8 baiseretcheval03.jpg



amour |
noire souris |
loup22 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire de verre et de feu
| Musique en Montagne
| comics-place